"Le yoga pour se réconcilier avec son corps" par Claire Castagne


Yoga et se réconcilier avec son corps


Aujourd'hui, nous recevons Claire Castagne, enseignante de yoga et coach bien-être du blog Heureuxcoach.fr qui vous a préparé un bel article sur l'aide que le yoga peu apporter dans l'acceptation de soi. Merci Claire !

"Se réconcilier avec son corps… voudrait dire que nous sommes fâchés avec ?

Qui n’a jamais complexé sur une partie de son corps, ne s’est jamais trouvé trop grosse ou trop maigre, pas assez musclée ou bronzée… lève la main ?
Dans notre monde moderne gouverné par l’image, la performance et les injonctions des magazines féminins… nous sommes nombreuses à être concernées !
Et même si on arrive à composer avec notre image et notre corps, il arrive qu’on ne s’écoute pas. On travaille au-delà de notre fatigue, on n’ose pas dire non. Ou encore on mange au-delà de sa faim, qui plus est des produits industriels et addictifs.


Faire la guerre à son corps

Je suis la première à plaider coupable.
Et pour cause : comme de nombreuses femmes, mes complexes ont commencé à l’adolescence. Un mauvais souvenir que j’aimerais effacer : le moment où ont commencé les troubles du comportement alimentaire. 
Les crises de boulimie m’ont fait ne passer de « ni grosse ni maigre » à « en surpoids », avec le jugement des autres et les moqueries qui vont avec.

Pas facile de s’aimer et de s’accepter, à l’âge où on découvre son corps de femme, la séduction et les relations amoureuses…

Et même s’il ne s’agit que de quelques kilos en trop, la dysmophorbie est prompte à arriver quand on se compare aux corps lisses, filiformes et sans cellulite des mannequins retouchés
Je connais aussi des femmes minces qui parlent d’elles comme si elles étaient obèses ! « Mais regarde donc mes cuisses, elles sont énormes… et mes hanches larges, mon gros ventre ». 
Le décalage entre la perception du corps et la réalité est parfois choquant !

Image
Barbie


Alors comment faire ? 

  • Commencer par se regarder dans le miroir, en sous-vêtements ou nue. Écouter son discours intérieur et laisser venir cette petite voix critique, mais cette fois-ci lui répondre. Ne pas rentrer dans l’auto-jugement, se regarder avec bienveillance et se parler comme à une amie. 
  • Trouver des activités pour se reconnecter à son corps : faire un sauna ou un hammam, se faire un gommage sous la douche et terminer par un jet d’eau fraîche, s’enduire de crème hydratante… et même se masser ou se faire masser ! 
  • Progressivement, écouter les signaux du corps et lui faire confiance.


Si vous avez régulièrement mal au ventre, ce n’est pas normal ! Il est peut-être temps de faire des tests dans votre régime alimentaire pour l’adapter et vous sentir mieux.
Commencer à manger en pleine conscience, peut-être un ou deux repas par semaine pour commencer : loin des écrans, on pose les couverts entre chaque bouchée et on prend le temps de mâcher, de savourer !
Si vous ressentez des douleurs dans le dos, demandez-vous : qu’est-ce que mon corps veut me dire ?

Probablement que vous avez besoin de bouger plus, nous sommes 90% à être sédentaires devant nos écrans. Cela cumulé à la pression du travail, le stress de tout mener de front… 
L’expression « en avoir plein le dos » est assez parlante !

Bouger oui, mais sans chercher la performance à tout prix.

Parce que si on est en guerre avec son corps, c’est qu’on se compare

Yoga signifie « union ». Union du corps et de l’esprit, si souvent déconnectés.

Faites une pause là maintenant, tout de suite. Êtes-vous seulement dans votre tête 
(« je dois faire ceci ou cela », pleinement absorbé par l’activité mentale) ?  À la fois à penser au passé et au futur ?
Ou bien êtes-vous pleinement dans l’instant, avec la conscience douce de votre corps et de votre respiration en même temps que vous me lisez ?

Si vous êtes dans la deuxième option, félicitations ! Vous semblez déjà pleinement habiter votre corps !
Si vous avez répondu oui à la première option, c’est normal. Et le yoga peut être une merveilleuse aide si vous en avez envie, pour vous reconnecter en douceur à votre corps.

 

Pratiquer le yoga/ méditation

Le yoga, c’est comme une thérapie pour se réconcilier avec son corps. L’accueillir tel qu’il est.

Apprendre à composer avec, dans la douceur et la bienveillance. Mais aussi se challenger, car on va tenir les postures un peu plus longtemps que ce que le mental voudrait. On va chercher à étirer un peu plus loin sur chaque expir, sans jamais aller jusqu’à la douleur. On reste dans le respect ! Et cette progression graduelle permet de renforcer l’estime de soi et la confiance envers notre corps. 

Image
joana-cordeiro-ferreira image


Pas besoin d’être une athlète, ni même d’être souple. 
Le yoga est fait pour tous les corps. Observez la diversité des morphologies, y compris chez les profs de yoga ! Ce qu’on voit sur les réseaux sociaux (la bombe atomique mince, bronzée et musclée qui fait le grand écart sur une planche de surf) n’est pas la norme… Il y a des professeurs grands, petits, jeunes, moins jeunes, minces, en surpoids…

Autorisez-vous à pratiquer, même si vous êtes en surpoids ou que vous avez des douleurs quelque part ! 
Lorsque je me suis lancée dans la formation de professeur de yoga, j’ai fait taire mes nombreuses pensées : « mais je n’ai pas le physique, que vont penser les gens ? Et si je n’arrive pas à pratiquer telle ou telle posture, notamment les postures inversées ? ». 
C’est normal de ne pas savoir faire sirsasana (la posture sur la tête), ou le lotus du premier coup, et heureusement ! Il faut pratiquer, régulièrement. Un petit peu tous les jours. Mieux vaut dix minutes par jour qu’une heure et demie le dimanche et puis plus rien pendant un mois.

 

Les branches du yoga

Un des textes fondateurs du yoga, les Yogas Sutras de Patanjali, décrit non pas une, mais huit branches du yoga. Il peut y avoir mille raisons de venir au yoga (pour entretenir son corps, se relaxer, améliorer son immunité ou même pour la dimension spirituelle) comme il peut y avoir de multiples façons de pratiquer ! 

Les postures (asanas)

L’avantage de la pratique physique du yoga, c’est qu’elle nous détend instantanément. En une seule séance, on se retrouve plein d’énergie et de sérénité à la fois ! Quelle merveilleuse façon de se réconcilier avec son corps : se rappeler qu’il peut aussi nous procurer des sensations agréables
Voire oublier son existence en se laissant couler dans la sensation d’appartenir à quelque chose de plus grand, lorsque nous sommes en savasana (la posture de relaxation finale !).
Lorsqu’on pratique les asanas, on n’est pas en train de penser à sa cellulite ou à son gros ventre. Pas de miroir dans les studios de yoga. Mieux encore, on peut pratiquer les yeux fermés pour mieux s’intérioriser !
Bouger permet de garder son corps en bonne santé, c’est alors beaucoup plus facile de rester copain avec lui !


Mais les postures (asanas) ne sont qu’une des huit branches du yoga ! C’est ça qui est magique dans cet art de vivre, on peut piocher où l’on veut selon l’humeur du jour, et intégrer le yoga à son quotidien pour se sentir mieux dans son corps… et donc dans sa tête !

La respiration (pranayama)

Être conscient du souffle, c’est ce qui fait la différence entre un cours de yoga et un simple exercice d’étirement.
Même sans bouger le corps, on peut travailler avec le souffle : pranayama signifie contrôle de l’énergie. Si vous n’avez jamais pratiqué le yoga je vous conseille un cours de Hatha Yoga pour découvrir cet art. 
Le fait, par exemple, de pratiquer des rétentions du souffle (à commencer sous la supervision d’un professeur uniquement) permet de mettre le cerveau en pause. Car il va économiser l’oxygène pour les fonctions vitales : une façon efficace de calmer ce discours intérieur, souvent très dur avec nous même !

La méditation (dyana)

La méditation (et plus tard, le samadhi, l’éveil) est le vrai but du yoga. C’est pourquoi les postures ne sont qu’un des aspects, elles permettent de faciliter cet état.

Pour se réconcilier avec son corps, la méditation est une clé

Le principe est de s’installer dans une posture confortable puis d’observer les pensées passer, sans les retenir. On choisit un objet d’attention pour se faciliter la tâche, en général, le souffle.


Ça parait facile de ne rien faire et pourtant, quand on n’a pas l’habitude, si on essaye seulement trois minutes on va s’apercevoir du nombre délirant de pensées qui surgissent ! Souvenez-vous que ce n’est pas un échec, c’est la nature de l’esprit. Les bouddhistes aiment comparer cet esprit farceur à un petit singe qui saute de branche en branche.

Donc, pour peut-être la première fois de sa vie, on va observer nos pensées au lieu de s’identifier avec.

Quelle fabuleuse révélation : nous ne sommes pas nos pensées ! Il existe un espace plus profond où nous sommes, simplement. Sans faire, ni juger.
Travailler avec la méditation permet donc de se détacher de nos jugements perpétuels, y compris envers nous-mêmes. Prendre du recul, se donner plus de liberté.


Progressivement, apprendre à répondre aux évènements, dans la pleine conscience, plutôt que simplement y réagir.

Nous vivons notre vie comme des robots, avec des réflexes conditionnés. Par exemple, à la question « ça va ? » on va répondre sans y penser « oui et toi ? » 90% du temps. Même si ça ne va pas. Sans prendre le temps d’écouter la réponse de l’autre.
Nous avons l’habitude de manger à heures fixes, parfois même grignoter pour soulager un vide intérieur ou un trop plein d’émotions, sans vraiment savourer ni même savoir si nous avons vraiment faim ou juste envie de ce repas !


Introduire plus de conscience, avec la méditation, permet d’habiter pleinement son corps. Être conscient de notre souffle, l’espace que nous occupons, nos sensations… 
Nous n’avons qu’un seul corps, notre maison de la naissance à notre dernier souffle !

Alors, si on se réconciliait enfin avec lui grâce au yoga ? "

 

Claire Castagne, professeur de Hatha Yoga et coach bien-être du blog Heureuxcoach.fr

Image
Claire Castagne Hatha yoga coach bien-être
Claire Castagne

Bien-être en conscience